24 janvier, 2008

le hahahaaaaaa!

Classé dans : Non classé — iciabdallah @ 11:57
Un cerf se désaltère au bord d’un ruisseau.
Quand il aperçoit son image dans l’eau, il constate :
- Je suis le roi de la forêt !
- Que dis-tu là ? grogne un ours qui arrive derrière lui.
- On parle toujours trop quand on a bu ! s’excuse le cerf.   


  Un fermier, inquiet, va consulter le vétérinaire :
- Voilà, docteur. L’une de mes poules est constipée.
- Bah ! Ce n’est pas bien grave. Comment vous en êtes-vous aperçu ?
- Eh bien, depuis quelque temps, elle ne pond plus que des oeufs durs.   


  Un poisson rouge et un sous-marin entrent en collision.
Qui est fautif ?
- Le sous-marin.
- Pourquoi ?
- Parce qu’il n’a rien à faire dans un bocal.   


  Deux lapins jouent aux cartes.
Soudain, l’un pose ses cartes sur la table et demande :
- Mais qui a mangé tous les trèfles ?   


  - Alors, dit le président du tribunal correctionnel, vous accusez ce chasseur d’avoir tué l’un de vos pigeons.
- Non, répond le plaignant. Je ne l’accuse pas formellement, mais disons que j’ai de fortes présomptions contre lui.
- Exposez-les.
- Voilà. D’abord, je l’ai vu saisir son fusil, épauler, viser le pigeon et appuyer sur la détente. Puis, j’ai entendu le bruit du coup de feu. Ensuite, j’ai vu le pigeon tomber à ses pieds.
Enfin, quand je me suis approché, cet individu l’avait déjà mis dans une de ses poches.
Et, jusqu’a présent, jamais un de mes pigeons n’a manifesté l’intention de se suicider de cette façon. Voilà pourquoi je dis que j’ai de fortes présomptions contre lui…   


  C’est toujours le même fermier qui rapporte le plus de lait à la fromagerie de Saint-Gédéon. Pourtant tout le monde sait dans le village que ce fermier ne possède que quelques vaches. Alors comment fait-il ?
Intrigués, les autres fermiers décident d’aller lui poser la question :
- Mais non de Dieu, comment fais-tu pour obtenir tant de lait, avec si peu de vaches ? C’est quoi le truc ?
- Oh c’est tout simple !
- Je le savais ! Tu utilises des produits spéciaux !?!
- Meuh non. Mais ou vas-tu chercher ces idées. Des produits spéciaux ? Pour les vaches ? Meuh… non !?!
- Alors ? Comment ?
- Ben c’est simple. Le matin quand je vais traire mes vaches, je leur pose toujours la même question : « Alors mes p’tites ! Ce matin qu’est-ce que vous me donnez ? Du lait ou du STEAK? »   


  Pourquoi les souris n’aiment-elles pas les blagues ?
Parce que quand elles ne savent pas, elles n’aiment pas donner leur langue au chat.   


  Pourquoi les coqs ont-ils des ailes et les poules pondent-elles des oeufs ?
..
..
..
Parce que les coqs ont besoin « d’elles » et les poules ont besoin « d’eux »!   


  Un citoyen entre dans une boutique d’animaux.
Le vendeur :
- «Bonjour monsieur, voulez-vous que je vous montre ma toute nouvelle acquisition?»
Le citoyen de répondre :
- «Évidemment!
Le vendeur:
- «Voici mon tout nouveau perroquet musical. Quand vous tirez sur sa patte gauche, il chante un succès de « Zébulon ». Quand vous tirez sur sa patte droite, il chante « Les Colocs ».
Le citoyen:
- «Mais si je tire sur les deux pattes en même temps qu’est-ce qui ce passe?»
Le perroquet répond fortement:
- «Je fous le camp par terre IMBÉCILE!»   


   » Myope comme une taupe « ,  » Rusé comme un renard « ? Les termes empruntés au monde animal sont portés partout. La preuve :
Que vous soyez fier comme un coq, fort comme un boeuf, têtu comme une mule, malin comme un singe, chaud lapin ou fine mouche, vous êtes tous un jour ou l’autre devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.
Vous arrivez frais comme un gardon à votre premier rendez-vous et là, pas un chat ! Vous faites le pied de grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin. Le type qui vous a obtenu ce rancard, avec lequel vous êtes copain comme cochon, vous l’a certifié :
-  » Cette poule a du chien, Une vraie panthère !  » C’est sûr, vous serez un crapaud mort d’amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien.
Vous êtes prêt à gueuler comme un putois, mais non, elle arrive.
Bon, dix minutes de retard, il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard.
Sauf que la fameuse souris est en fait plate comme une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine.
Vous restez muet comme une carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous noyez le poisson.
Vous avez le bourdon, envie de verser des larmes de crocodile. Vous finissez par vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre. Vous avez beau être doux comme un agneau, faut pas vous prendre pour un pigeon   


Deux newfies sont en safari en Afrique.
Soudain, un lion sort de la brousse et se jette sur un des gars.
Après une dure bataille il réussit à se dégager de la bête et à la faire fuir.
Il rejoint alors son ami tout ensanglanté et les vêtements en lambeaux.
- Espèce d’idiot, pourquoi tu n’as pas tiré? Ce lion a failli me tuer.
- Mais tu m’as dit que c’était un fusil pour les éléphants…   


Quatre hommes vantent les mérites respectifs de leurs chiens.
Il y a un ingénieur, un comptable, un chimiste et le dernier fonctionnaire.
L’ingénieur appelle son chien et dit:
« Logarithme, fais ton tour ! »
Logarithme trotte vers un bureau, prend du papier et un crayon et, rapidement, dessine un carré, un cercle et un triangle. Tout le monde applaudit ?
Le comptable appelle son chien et dit :
« Calcul, fais ton tour ! »
Calcul court vers la cuisine et en revient avec une douzaine de biscuits qu’il partage en 4 piles de 3 biscuits. Tout le monde applaudit ?
Le chimiste appelle son chien et dit :
« Alambic, fais ton tour ! »
Alambic se lève, va vers le frigo, sort une bouteille de lait, prend un verre dans le buffet et y verse exactement 25 centilitres sans répandre une goutte. Tout le monde applaudit ?
Le fonctionnaire rigole, appelle son chien et dit :
« pause-café, fais ton truc ! »
Pause-Café bondit sur ses pattes, bouffe tous les biscuits, lape le lait, déchire les dessins géométriques, tringle les trois autres chiens et, ce faisant, prétend s’être blessé le dos, remplit un dossier de réclamation contre des conditions de travail ne remplissant pas les règles de sécurité, réclame une pension à la sécurité sociale et rentre chez lui en arrêt de travail.
Un vrai champion !   


Lorsque je la vis la première fois, je me suis dit : « Voilà une minette qui a du chien. » Bien que je ne me considère pas comme un chaud lapin, à force de penser à elle, je finissais par tourner chèvre, et elle fine mouche, attendais que je lui déclare ma flamme.
Je lui donnais donc rendez-vous et lorsque j’arrivais, je ne vis pas un chat. Je me dis : comme toutes les souris, elle aime se faire attendre, il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard, elle ne m’a quand même pas posé un lapin.
Au bout d’un bon moment que je faisais le pied de grue, elle arriva enfin, elle avait visiblement couru car elle soufflait comme un phoque. Moi, j’essayais de noyer le poisson en lui balançant deux ou trois blagues de mon cru, elle se mit à rire comme une baleine, je ne pus m’empêcher de penser : « quelle bécasse » mais ne relevais pas et décidais de faire l’autruche.
Au début de notre idylle, tout allait pour le mieux, elle me faisait l’amour comme une panthère, se collait à moi comme une chatte en chaleur, me chouchoutait tellement que j’étais comme un vrai coq en pâte, et un jour on s’est dit « il faut qu’on cohabite. de cheval ! ».
Mais vous savez ce que c’est, l’amour rend aveugle, ou tout du moins myope comme une taupe, les mois suivants, j’ouvrais les yeux, Et me rendis compte que plus le temps passait, plus elle me traitait comme un chien.
Au lieu de me mettre à gueuler comme un putois, je décidais de l’amadouer.
Je lui ai fait mes yeux de crapaud mort d’amour, j’ai versé des larmes de crocodile, je me suis fait doux comme un agneau, mais finalement, j’ai du filer comme un lièvre quand j’ai compris qu’elle me prenait pour un pigeon. Forcément, cette rupture, ça m’a filé le bourdon, je suis resté plusieurs semaines complètement prostré, muet comme une carpe, même mes potes les plus proches, avec qui je suis copain comme cochon, ont essayé de me tirer les vers du nez, mais rien n’y faisait, je restais fermé comme une huître.
Mais un matin, j’en ai eu mare de dormir comme un loir, je me suis mis debout, fier comme un coq, je me sentais fort comme un taureau, je me sentais frais comme un gardon, parce que je venais de me rendre compte que de toutes façons je ne perdais rien car finalement elle était plate comme une limande, têtue comme une mule, elle avait une langue de vipère et surtout, surtout, un rire de canne à faire péter les oies.
De plus, au fond de moi, je sais qu’un jour il me tombera une petite caille toute chaude dans le bec, elle aura des yeux de biche, un corps de gazelle nous roucoulerons comme des tourtereaux je la prendrais dans mes bras, avant de la prendre. en levrette et nous nous endormirons dans notre nid douillet.
C’est vrai, quoi, après tout, on n’est pas des bêtes.
« Les soliloques de Mr. Biau »   Suggéré par Mr.Biau


Un type rentre dans un hôtel.
Il voit un chien et demande au réceptionniste de l’hôtel :
- Il est gentil votre chien ?
Le réceptionniste lui répond :
- Oui, il est gentil.
Le client caresse alors le chien, qui lui saute dessus et le mord !
Le client s’adresse au réceptionniste :
- Mais…
Vous m’aviez dit que votre chien était gentil !
- C’est vrai, mais ce n’est pas mon chien…   

Deux petits oiseaux sont perchés sur une branche au-dessous de laquelle crépite un bon feu de bois.
A l’autre bout, un chat tourne la manette de la broche.
Un oiseau dit à son copain :
- Plus j’y réfléchis, plus je trouve louche son histoire de perchoir chauffant. 
 

http://www.humour.com/Blagues/Blagues.asp?page=3&VIDThemeBlague=11&srch=TH

Laisser un commentaire

Bombermanga |
Des enfants du voyage aux e... |
sally1000 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dé com's par miliers
| japanime
| high school musical