• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 27 janvier 2008

27 janvier, 2008

le site de la kabylie

Classé dans : Non classé — iciabdallah @ 19:58

venez tous visiter le site de:

http://kabylie.unblog.fr/

Zohra, »La France des Couleurs »

Classé dans : Non classé — iciabdallah @ 19:39

Hommage à la défunte Zohra du 19 au 22 janvier à la Maison de la culture de Tizi-ouzou -L’association culturelle Asurif Boumadene Boumehni de ain Zaoui, Tizi-ouzou, rend hommage à la défunte chanteuse Zohra en organisant à la Maison de la Culture Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou, plusieurs activités.
   Au deuxième jour de la manifestation, il sera question d’une cérémonie de recueillement et de dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe de l’artiste disparue à la fleur de l’âge.
   Une pièce théâtrale, un récital poétique une séance de témoignages figurent également à l’affiche de cette manifestation

 »La France des Couleurs »: pour qui chante Idir?Tizi-ouzou, 3 sept 2007 (bms)-  »La France des couleurs », le dernier album du chanteur Kabyle (ou devrait-on dire désormais d’origine Kabyle) est tout ce qu’il y a de troublant pour les amoureux de la chanson kabyle tant au plan de la démarche, de la musique et des paroles.
    Voilà un grand chanteur qui a élevé la chanson kabyle et berbère en général au firmament de la reconnaissance internationale grâce à  »Vava Inouva » mais qui étonne par ce dernier album jusqu’à susciter la question de savoir: pour qui chante désormais Idir.
    Les critiques de la chanson peuvent dire tout le bien qu’ils penseront du dernier album de Idir notamment outre mer sauf d’en faire un grand parallèle avec les Kabyles et la chanson kabyle.
    Idir et les Kabyles y apparaissent comme de simples décors qui peuvent aider à une  vente minimum de l’album tant l’évocation du nom du chanteur suffit effectivement aux Kabyles pour l’acheter. Ce que j’ai personnellement fait.
    A Tizi-Ouzou où l’album vient de parvenir, les revendeurs de cassettes et CD qui le proposent à 130 dinars sont peu emballés même pour le diffuser aux passants.
    Concrètement, l’album n’est ni du kabyle, ni du français … c’est juste du Idir qui semble touché par le syndrome dit du corbeau lorsque dit-on celui-ci a voulu imiter la manière de marcher de la perdrix sans y parvenir et qui a perdu la sienne.
    La chanson kabyle mérite que Idir lui revienne au plus vite. Il mérite de bien finir sa carrière et de transmettre l’authenticité kabyle à sa fille qui sera bien accueillie comme l’a été Djafar Ait Menguellet, le fils de Lounis, qui reste lui  »attaché à sa terre » même si les Kabyles disent du mal de lui depuis un certain temps. Il leur a répondu dignement en leur disant  »majguglagh d’aguak’aliw, Diriyi ».
   Ceci dit, il faut acheter l’album de Idir pour Idir parce qu’il est trop précieux pour qu’on ne lui offre pas l’occasion de faire son autocritique. Mais encore faut-il qu’il entende la notre?
http://kabylie.unblog.fr/

Une poule, deux lapins et un perroquet musical

Classé dans : Non classé — iciabdallah @ 19:20

Savez-vous comment communique les abeilles ?
Réponse : par e-miel

Une poule sort de son poulailler et dit :
« brrr, quel froid de canard. »
Un canard qui passe lui répond :
« Ne m’en parlez pas, j’ai la chair de poule. »   

Deux lapins jouent aux cartes.
Soudain, l’un pose ses cartes sur la table et demande :
- Mais qui a mangé tous les trèfles ?    
Un citoyen entre dans une boutique d’animaux.
Le vendeur :
- «Bonjour monsieur, voulez-vous que je vous montre ma toute nouvelle acquisition?»
Le citoyen de répondre :
- «Évidemment!
Le vendeur:
- «Voici mon tout nouveau perroquet musical. Quand vous tirez sur sa patte gauche, il chante un succès de « zwits arwits ». Quand vous tirez sur sa patte droite, il chante « Dad Uidir ».
Le citoyen:
- «Mais si je tire sur les deux pattes en même temps qu’est-ce qui ce passe?»
Le perroquet répond fortement:
- «Je me casse la gueule imébécile »

Farès Messaoudi à Draâ Ben Khedda

Classé dans : Non classé — iciabdallah @ 19:15
Environnement
Farès Messaoudi à Draâ Ben Khedda en voyage marathon pour la protection de l’environnement  - Le jeune Farès Messaoudi (28 ans), marathonien « combattant » de Oum El Bouaghi pour la protection de l’environnement et pour la prise en considération des initiatives des jeunes, a foulé, dernièrement le sol de Draâ Ben Khedda (Tizi Ouzou), après avoir marché 4.800 kilomètres, selon lui. 
      Tizi Ouzou aura été la 47ème wilaya à être atteinte dans sa marche à pied, par le marathonien, dont le signal de départ avait été donné il y a plus d’un an, le 2 juin 2006 plus exactement à Oum El Bouaghi par le wali de cette wilaya. 
      Le slogan répété par notre marcheur consiste à peu de chose près à « faire entrave à tout obstacle empêchant la nature de croître ». 
     Accueilli par les services de sécurité du chef-lieu de daira de Draâ Ben Khedda, notre combattant pour un environnement sain, s’est retrouvé entouré des fins soins d’écologistes locaux, à savoir les jeunes animateurs de l’association Thafsuth (le Printemps) et ceux du complexe culturel et sportif Ahmed Yahia Bacha de Draâ Ben Khedda qui lui ont fait visiter l’ensemble des quartiers et sites nécessitant protection.
     C’est le cas de la voie ferrée et du centre ville de Drâa Ben Khedda, complètement squattés, voire violentés et avachis par une multitude de baraquements plantés par de jeunes « chômeurs commerçants ».
     Le « globe-trotter » de l’Algérie, très satisfait après avoir été reçu à Tizi Ouzou par la DAS et la DJS qui l’ont « beaucoup aidé », déplore cependant « le manque de considération » d’une présidente d’association, dans la même ville, qui « m’a fait poiroter pendant trois jours, pour, initialement, visiter le barrage de Taksebt. Vainement, en fin de compte !». 
     La 48ème wilaya lui restant au programme de son marathon, c’est Tipasa. Ensuite, indique-t-il, « je me présenterai sur les plateaux de l’ENTV, avant de me rendre à El Mouradia, chez le Président de la République », précise-t-il « formel ». 
     A notre question de savoir s’il est sûr d’être reçu par le président de la République, sachant que la moindre seconde du programme de ce dernier est précieuse, Farès Messaoudi dira avoir adressé il y a 15 jours une demande d’audience au Président de la République. 
      « Il n’y a pas de raison qu’il ne me reçoive pas, d’autant que j’avais de tout temps voté pour lui et j’ai un message à lui transmettre sur l’état des 48 wilayas pour lesquels il s’interdit le sommeil… Croyiez-vous, vous journaliste, qu’il me refuserait cette audience ?»… 
     Le jeune trotteur considère « important » ce message, « une sorte de constat programme pour l’environnement et la jeunesse pour l’ensemble du territoire national dont je voudrais que les hautes autorités s’en imprègnent », ajoute-t-il expliquant avoir constaté « un manque d’orientation, de sensibilisation, d’encadrement de la part de l’administration par trop bureaucratique quand il s’agit de la bonne initiative de jeunes… ». 
     Sur son constat des wilayas les plus propres après ce marathon, le jeune Farès cite Setif, Guelma et Ain Temouchent, alors que la ville de Tizi Ouzou, où « pas une niche à ordures n’existe, selon mon constat, reste, de mon point de vue, l’une des plus sales ». 
    Il fera la même remarque pour Tirmitine (daira de Draâ Ben Khedda), où les jeunes de Thafsuth l’ont conduit. Sur place, près du lieudit Tajouimat, Farès reste « fasciné » par la beauté du site et surtout des retenues collinaires. 
    Néanmoins, « celles-ci et leur beauté sont complètement agressées, tourmentées et enlaidies par l’amoncellement de déchets autour (bouteilles vides de bière en verre, canettes en aluminium, ainsi que divers autres emballages). C’est une véritable agression « contre nature »… » regrette-t-il, s’engageant, malgré l’hostilité de la nature (canicule), à toujours défier les obstacles contrecarrant l’environnement et les aspirations de la jeunesse.

Kabylie-environnement :Rezki Hafedh, l’exemple d’un vendeur à la sauvette à encourager et à …suivre

Classé dans : Non classé — iciabdallah @ 18:58

Kabylie-environnement :Rezki Hafedh, l'exemple d'un vendeur à la sauvette à encourager et à ...suivre   arezkifleurs     S’il y a un vendeur à la sauvette à encourager en vue de susciter des vocations similaires dans la ville de Tizi-ouzou, c’est bien M. Hafedh Rezki (53 ans) parce qu’il fait dans l’environnement pur et utile: le pot de fleurs.
   Il représente, pour pasticher la formule de la pub célèbre, un espace de propreté et de la nature dans un monde de brutes et de saletés au square du premier novembre du centre ville de Tizi-ouzou, qui est dans un état d’abandon regrettable.
    Retraité de la Cotitex de Draa Ben Khedda et poursuivant cette activité de bricolage qu’il faisait déjà par le passé, il vient avec une quinzaine de pots de fleurs (voyez l’image) embellir d’abord le passage devant le jardin public phare de Tizi-ouzou avant d’espérer trouver acheteur.
    Il prend un espace parmi des vendeurs notamment de chique (hé oui) et un peu plus loin de téléphones mobiles. 
   Il reconnaît qu’on lui a pris des pots une seule fois lors d’une descente de policiers dans le jardin et qu’on ne les lui a pas rendus.  »Ils me les auraient demandé je les auraient offerts de bon cœur », dit-il comme pour dire qu’il ne les regrette pas.
   Il regrette seulement le fait de ne pas pouvoir ramener des pots plus grands et des fleurs d’une valeur plus importante, son activité n’étant pas autorisée.
   Rezki Hafidh a de plus le sourire envers les clients dans un endroit réputé pour ses rodeurs et voleurs.
   Pour le contacter en vue d’arranger votre balcon ou votre jardin, kabylienews vous offre son mobile: 054.79.27.63.

Bombermanga |
Des enfants du voyage aux e... |
sally1000 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dé com's par miliers
| japanime
| high school musical